NoIndex

Temps estimé :5 minutes 37vues

Le mystère du NoIndex enfin percé ?

Vous commencez à bien maîtriser les arcanes du référencement naturel ? Connaissez-vous les méta-données, savez optimiser vos contenus, maîtrisez le maillage interne ? Bravo, vous êtes sur la bonne voie pour apprivoiser les moteurs de recherche ! Mais avez-vous aussi compris tous les ressorts du NoIndex ?

À la croisée des chemins entre le on-site et le off-site SEO, cette notion aux allures rébarbatives fait souvent sourciller plus d’un spécialiste. Balise mystérieuse, ordre énigmatique… De quoi s’agit-il exactement ? À quelles fins l’utiliser ? Ou peut-être vaudrait-il mieux s’en méfier comme de la peste ? Autant de zones d’ombres à éclaircir pour démystifier ce NoIndex une bonne fois pour toutes !

Définition du NoIndex : que signifie ce terme ?

À la base, le NoIndex (que l’on peut aussi écrire “no index”) est une instruction technique qui s’adresse aux robots d’exploration des moteurs de recherches comme Google, Bing, Yahoo, etc.

Son rôle ? Indiquer que la page web en question ne doit pas être indexée, c’est-à-dire stockée et référencée dans la base d’URLs consultable des moteurs.

Cette instruction NoIndex peut être implémentée de deux façons principales :

1. Soit directement dans le code source d’une page HTML, en insérant une balise <meta name=”robots” content=”noindex”> dans l’en-tête
2. Soit dans un fichier robots.txt, en utilisant la directive “Disallow: / “ pour interdire l’accès de l’intégralité du site

Dans les deux cas, les moteurs respecteront la consigne et n’incluront pas la page (ou le site complet) dans leur index de recherche. Mais alors, dans quels cas faut-il utiliser cette option ? Et quelles en sont les réelles implications ? Réponse dans la suite !

Quand le NoIndex s’avère être un bon allié

Contrairement aux idées reçues, le NoIndex n’est pas forcément à bannir pour favoriser son référencement. Dans certaines situations bien précises, cette balise peut même devenir un excellent outil d’optimisation !

Pour des pages temporaires ou non essentielles

La principale utilisation du NoIndex consiste à exclure de l’indexation des pages secondaires, temporaires ou non optimisées pour le référencement.

Pensons par exemple aux pages de maintenance, de construction de sites, aux bacs à sable de développement, aux espaces de test ou encore aux interfaces d’administration.

En appliquant le NoIndex sur ces URLs, cela évitera qu’elles n’apparaissent de façon aléatoire dans les résultats de recherche et ne nuisent à l’expérience utilisateur.

Pour des pages en doublon

Le NoIndex est aussi très utile pour gérer les problématiques de contenus dupliqués. Si votre site dispose différentes versions d’une même page (versions imprimables, versions mobiles autonomes, etc.), il faudra identifier la version principale à indexer, et appliquer un noindex sur les répliques.

Cela permettra d’éviter les pénalités de Google pour duplication tout en assurant que la meilleure version soit bien référencée.

Pour se protéger de fuites

Autre cas d’usage pertinent : les espaces réservés aux utilisateurs connectés. En appliquant un noindex sur les pages d’accès restreint (comptes, paniers, espaces membres…), vous vous prémunissez contre toute fuite accidentelle de données sensibles dans l’index public.

Un bon réflexe pour la confidentialité !

Les dérives du NoIndex à éviter

Si le NoIndex s’avère une option optimisation bienvenue dans plusieurs cas, encore faut-il l’utiliser à bon escient. Car une mise en œuvre malvenue ou trop généreuse peut rapidement se transformer en un frein puissant pour votre référencement.

Ne pas enterrer vos pages principales !

L’erreur numéro 1 à éviter serait d’appliquer un noindex sur les pages les plus importantes de votre site ! Pages d’accueil, pages produits phares, pages de services clés… Tout ce qui constitue le cœur de votre activité doit absolument rester accessible à l’indexation.

Sinon, les moteurs les rendront tout simplement invisibles dans les résultats de recherche, quelles que soient vos autres optimisations SEO ! Un véritable suicide pour votre visibilité en ligne…

Ne pas tout bloquer d’un coup

Autre dérive possible : vouloir trop en faire en interdisant l’indexation de l’intégralité du site dans le fichier robots.txt. Cette pratique, récurrente chez de nombreux webmasters mal avisés, revient à faire disparaître le site des radars de Google !

À réserver uniquement aux chantiers de très courte durée, ou pour les sites temporairement en maintenance. Sinon, préparez-vous à devenir un véritable fantôme du web !

Une balancée subtile entre trop et trop peu

Vous l’aurez compris, le NoIndex est une option puissante, dont la maîtrise est un exercice d’équilibriste. Tout est question de dosage avisé et d’une compréhension fine de votre stratégie de contenu.

Trop peu de NoIndex, et vous laisserez traîner des pages de piètre qualité qui vicieront votre référencement. Trop, et vous risquez la blacklistation pure et simple ! La clé réside donc dans un audit approfondi pour identifier les bonnes cibles, et une application chirurgicale de la balise au cas par cas.

Une sage politique de NoIndex, en somme, pour assainir votre présence en ligne sans tout faire exploser d’un coup ! Pas si simple finalement, quand on y regarde de plus près… N’hésitez pas à nous contacter si vous avez besoin d’aide !

Partager ce document

NoIndex

Ou copier le lien

CONTENU