Taux de rebond

Temps estimé :6 minutes 51vues

Le taux de rebond, ce mal-aimé du SEO

Avez-vous déjà consulté les statistiques détaillées de votre site web récemment ? Si oui, il y a fort à parier que vous soyez tombé sur une donnée bien mystérieuse : le taux de rebond.

Cet indicateur au nom quelque peu barbare fait souvent des remous. Boudé par les uns, craint par les autres, il soulève de nombreuses interrogations.

Mais au fait, qu’est-ce donc que ce fameux taux de rebond ? Pourquoi semble-t-il si important aux yeux des experts en référencement naturel ? À moins qu’il ne s’agisse que d’une fausse piste ? Autant de zones d’ombres qu’il convient d’éclaircir sans plus attendre !

Définition : qu’est-ce que le taux de rebond ?

Commençons par le commencement en définissant clairement ce dont il s’agit. Le taux de rebond (ou rebound rate en anglais) représente la proportion de visiteurs qui arrivent sur une page web, mais qui la quittent immédiatement sans consulter d’autres pages du site.

Plus concrètement, il mesure le pourcentage de sessions n’enregistrant qu’une seule page vue avant que l’internaute ne reparte. Une session où le visiteur ne fait que “rebondir” comme un caillou sur l’eau, sans poursuivre sa navigation.

Un taux faible (en dessous de 40%) est généralement synonyme d’un bon niveau d’engagement des visiteurs. À l’inverse, un taux élevé (au-delà de 70%) peut traduire des problèmes d’expérience utilisateur ou de qualité du contenu proposé.

Quelles sont les causes d’un taux de rebond élevé ?

Si votre taux de rebond affiche des chiffres vertigineux, il est indispensable d’en identifier les causes profondes. Pour cela, plusieurs pistes de recherche s’offrent à vous.

Des attentes mal cernées

Une première raison fréquente d’un fort taux de rebond est tout simplement un décalage entre les attentes des visiteurs et ce que proposent vos pages. Cela peut provenir de requêtes de recherche mal interprétées, d’une publicité trop alléchante ou de promesses non tenues par vos contenus.

Pour y remédier, il faudra revoir votre stratégie de mots-clés, être plus clair dans vos descriptions et surtout vous assurer que les pages cibles correspondent bien aux besoins des internautes.

Un contenu insuffisant ou décevant

Autre écueil récurrent : un contenu de moindre qualité qui ne comble pas les visiteurs. Que ce soit des articles superficiels, mal structurés ou manquant de fond, des produits mal mis en valeur, des descriptions techniques trop sommaires, etc. À l’heure où le contenu est roi, vos internautes s’attendent à du haut de gamme.

Pour booster leur engagement, pensez expérience utilisateur ! Rendez vos pages agréables à lire avec une mise en forme soignée, un ton percutant et des médias enrichis. N’oubliez pas non plus l’importance du mobile : 58% des rebonds proviennent d’appareils portables selon certaines études.

Des problèmes techniques et de performances

Les facteurs purement techniques ont aussi un impact majeur sur le taux de rebond. Des temps de chargement trop longs, des problèmes d’affichage sur mobile, une navigation trop complexe, des bugs ou plantages intempestifs… Autant de freins qui poussent immédiatement les internautes à faire demi-tour.

Veillez donc à optimiser vos performances web, que ce soit en termes de poids des pages, de serveurs rapides ou d’ergonomie sur tous les supports. Des audits techniques réguliers et une veille constante sur la qualité d’expérience s’imposent.

Des embûches à l’engagement

Enfin, un taux de rebond élevé peut provenir d’une expérience perturbée par des éléments eux-mêmes peu engageants ! Pensons par exemple aux bannières publicitaires criardes qui détournent l’attention, aux appels à l’action peu visibles ou aux formulaires de contact complexes.

L’objectif ici est de supprimer tous les “pièges à rebond” en rendant votre parcours 100% orienté conversion. Travaillez sur des publicités intelligentes et non intrusives, des CTA perçantes mais esthétiques, des funnels de conversion fluides et minimalistes, etc.

S’attaquer à ces différents facteurs sera le point de départ efficace pour faire retomber un taux de rebond problématique. Mais n’oubliez pas de suivre cette donnée par segment d’audience et de pages. Car les causes peuvent différer selon les contextes !

Pourquoi le taux de rebond est si important aux yeux des experts en référencement naturel ?

Dans le domaine du référencement naturel, le taux de rebond est considéré comme une donnée particulièrement critique. Pourquoi ? Tout simplement parce qu’il est interprété par les moteurs de recherche comme un signal de pertinence et de qualité des résultats affichés.

Un taux de rebond élevé sur vos pages donne en effet l’impression que les internautes ne trouvent pas ce qu’ils cherchent. Au contraire, un bon engagement avec un taux bas laisse supposer une expérience positive et un contenu de qualité.

C’est la raison pour laquelle Google et ses concurrents surveillent de très près ce KPI et lui accordent une influence notable dans le classement des pages dans les SERP. Certaines entreprises vont même jusqu’à employer des systèmes de suivi avancés pour mesurer d’éventuels rebonds “cachés” non captés par les outils classiques.

À l’ère de l’expérience utilisateur reine, difficile de faire l’impasse sur ce taux de rebond si vous souhaitez briller dans les moteurs !

Attention toutefois à considérer le taux de rebond comme un KPI complet

Comme souvent en SEO, il ne faut pas prendre le taux de rebond pour un indicateur à considérer de façon isolée. Car certains sites peuvent avoir un taux de rebond naturellement élevé sans que cela soit forcément négatif !

Prenons l’exemple d’un blog dont les visiteurs arrivent en grande majorité directement sur les articles qu’ils recherchent, puis repartent naturellement après les avoir lus. Ou bien celui des sites vitrine, pour lesquels les internautes ne font que rebondir après avoir trouvé les renseignements souhaités.

Dans ces contextes, un taux de rebond important n’est donc pas si problématique. C’est la raison pour laquelle les experts recommandent d’analyser cette métrique dans son écosystème global de données (pages de destinations, segments d’audience, conversions réalisées…).

D’autres influenceurs remettent même en cause la fiabilité du taux de rebond. Notamment à cause du bruit statistique lié au tracking bancal dans certains cas (surtout mobile), aux problèmes d’attribution des conversions réelles, ou encore à une vision trop simpliste de l’engagement utilisateur.

Bref, s’il ne faut pas s’en affranchir totalement, garder un oeil attentif mais critique sur le taux de rebond semble être la posture la plus équilibrée. Le mal compris mérite-t-il son opprobre incessante ? À vous d’en juger !

Partager ce document

Taux de rebond

Ou copier le lien

CONTENU